Silva-Riat.fr

Toutes les informations pour avoir le plus beau jardin.

Des jardins en plein Paris, est-ce possible ?

Les toits de Paris se rénovent progressivement depuis quelques années, pour devenir de véritables jardins et serres maraîchères ! Depuis quand cette stratégie de valorisation de la capitale a-t-elle commencé ? Sur quels principes ? Qui peut y avoir accès ? Au travers de cette publication, nous vous donnons un certain nombre de renseignements exposant les intérêts et les avantages d’un potager en plein Paris...

 

L’origine des potagers sur les toits parisiens

 

Au cours de l’année 2012, deux ingénieurs français, Nicolas Bel et Nicolas Marchal, ont eu l’idée d’installer un potager sur les toits de l’école AgroParisTech (retrouvez le projet ici: http://agriculture.gouv.fr/agroparistech-un-potager-sur-les-toits-de-paris). Le procédé, d’un nouveau genre, a été accueilli favorablement et s’est révélé être un grand succès. L’initiative prend sa source de l’autre côté de l’Atlantique, et inspire des projets du même type dans de nombreuses grandes villes européennes depuis lors. Particuliers comme professionnels ont ainsi la possibilité de cultiver des légumes sans forcément posséder un terrain, mais sur les toits de la capitale. Certains élus EELV de Paris espèrent ainsi voir de nouveaux projets d’ampleur investir Paris d’ici à 2020.

 

Les avantages et intérêts de l’exploitation des toits

 

Dans un premier temps, il paraît important de mettre en avant le caractère « social » de ce type de cultures, permettant de rapprocher les gens et de créer du lien entre voisins. En plus de jouir des joies du jardinage en ville, il peut être intéressant de parler de « projets », donnant ainsi la possibilité à une agriculture urbaine et bio, par le biais de cycles courts, d’atteindre les grandes villes. L’animation de « jardins solidaires » permet ainsi aux habitants ainsi qu’aux écoles du quartier de s’adonner à la pratique du jardinage en milieu urbain.

 

Cultures maraîchères sur les toits de Paris : quelques chiffres

 

Certains jardins urbains sont devenus, en l’espace de quelques temps, de véritables œuvres d’art. On pourra ainsi recenser les quelques 600 mètres carrés du gymnase de la rue des Vignoles dans le XXe arrondissement, inauguré en 2009 et réquisitionné par l’association La Fayette Accueil pour servir de potager. Ainsi, grâce à un programme d’insertion, ce jardin sur les toits accueille des bacs de 40 à 60 cm de profondeur remplis de terreau. Les élus EELV de la ville de Paris estiment que près de 100 hectares de toits pourraient accueillir des projets similaires de plantations.

 

Qui accède à des jardins urbains ?

 

Comme nous avons pu le voir ci-dessus, de nombreuses structures peuvent participer à l’élaboration ou le développement des jardins urbains et sociaux. Les parisiens sont les premiers concernés, de même que les écoles du secteur qui ont l’occasion d’aider au jardinage. La réinsertion et les programmes sociaux permettent également aux bénéficiaires du RSA, par exemple, de participer au développement de ces potagers. Quant aux particuliers, ils peuvent d’ores et déjà cultiver leurs propres fruits et légumes sur leur terrasse. Sur les toits, les conditions de culture sont idéales, le micro-climat parisien étant moins humide à cette hauteur.

 

 

 

 

Pour en savoir plus :

Nous contacter par mail

leroy.louineaux@netcourrier.com

Ce site est opéré par silva-riat.fr  - Copyright 2017